LES CHOIX INDISPENSABLES POUR LA CONSOLATION – suite

LES CHOIX INDISPENSABLES POUR LA CONSOLATION 2019 – Partie 2

Toute la vie est faite de choix. On est confronté chaque jour à des choix avant toute action. Il y a toujours ces deux chemins qui se présentent devant nous. On est obligé de choisir entre l’un ou l’autre chemin. 

Nous avions vu précédemment le premier choix qui s’offrait à nous : un chemin facile ou difficile. Nous avons pu en conclure qu’il ne fallait jamais choisir le chemin le plus facile, car tout ce qui s’obtient facilement se perd aussi facilement.

Nous allons découvrir les autres choix que Dieu nous révèle.

1. Gratitude immédiate /gratitude différée

 

Nous voulons la satisfaction immédiate, nous ne voulons pas attendre le lendemain.

apprenons à voir les choses dans l’avenir, à voir au-delà de l’instant présent.

On nous propose des raccourcis pour obtenir les choses rapidement.

Sachez que le chemin long donne des résultats à long terme, ce qui dure dans le temps ne vient pas rapidement et facilement.

  • (Petit conseil aux jeunes filles : attention aux sollicitations pressantes d’un garçon, s’il menace de partir parce qu’il n’obtient pas ce qu’il veut, alors rompt vite.)

Pour que la bénédiction ne te tourne pas la tête, Dieu doit te former. C’est pour cela que le peuple d’Israël a duré 40 ans dans le désert.

Dieu ne veut pas que nous acceptions des gratifications immédiates, car le chemin long est celui de la vie. L’exemple suivant l’illustre bien :

L’exemple du test de la guimauve réalisé par de Pr Walter Mischel pour illustrer la gratification différée.

En quoi cela consistait ?

Une guimauve est offerte à chaque enfant. Si l’enfant résiste à l’envie de manger la guimauve, il en obtient par la suite deux autres en guise de récompense. Les scientifiques analysaient la durée pendant laquelle chaque enfant résiste à la tentation, et démontraient qu’une grande patience était synonyme de succès. Tous les enfants qui ont réussi ce test, ont réussi plus tard dans la vie.

Dieu dit : « soyez fidèles dans les petites choses pour recevoir les grandes »

Si tu veux faire de grandes choses à l’extérieur, occupe-toi d’abord de ta famille.

 

2. Discipline/désordre

La discipline, c’est faire ce que je dois faire et non ce que je veux faire.

Rien dans ce monde ne peut s’obtenir sans discipline.

Combien d’athlètes et d’hommes ont été ruiné parce qu’ils ont abandonné la discipline ou ont été négligents (MARADONA).

Si dans une armée chacun fait ce qu’il veut, alors ce sera le désordre. Il faut également de la discipline dans l’Église pour éviter les problèmes. Les chrétiens doivent comprendre qu’ils doivent être disciplinés.

Il n’y a personne qui atteint l’excellence sans discipline.

Dieu n’est pas celui qui caresse toujours dans le sens du poil, il met aussi le doigt sur ce qui ne va pas pour nous amener à la victoire.

Exemple de personne disciplinée : Daniel 1 :8

Il faut à l’exemple de Daniel, refuser de se souiller avec ce qui se passe dans le monde.

CHOISIR ENTRE LA PRUDENCE ET L’IMPRUDENCE 

Jésus insiste pour que nous sachions faire le choix entre prudence et imprudence.

Ne fonce jamais tête baissée.

Exemple de Samson : il a perdu ses yeux.

Il faut toujours choisir le chemin de la prudence. Si tu prends le temps de réfléchir, tu n’opteras jamais pour le chemin le plus facile et le plus court.

Dans la vie, les choses se présentent toujours avec 2 aspects : présent/futur.

Donnons donc le temps au temps. Il faut toujours regarder à l’avenir. Regardons les choses avec la pensée de l’éternité et non telles qu’elles se présentent aujourd’hui.

CONCLUSION

Ce que Jésus voulait que le peuple comprenne : quelques pépites

  • Le destin n’est pas une question de chance, mais une question de choix.
  • Ta vie est le résultat de tes choix. Si tu n’aimes pas ta vie, il est temps de faire de meilleurs choix.
  • Tu as deux choix dans la vie : accepter les choses telles qu’elles sont, ou prendre la décision de changer (Sidney Freidman)
  • Lorsque tu n’es plus en mesure de changer une situation, la vie t’invite à te changer.

Si nous voulons vivre une totale consolation en 2019,

  • N’empruntons jamais les chemins de la facilité
  • Ne recherchons pas une gratification immédiate. Sachons attendre.
  • Soyons concentrés et disciplinés dans tout ce que nous faisons
  • Réfléchissons par deux fois avant de nous engager dans quoi que ce soit.

Bishop Adama Ouedraogo

La puissance de la résurrection

La puissance de la résurrection

Il faut être zélé pour la bonne cause.

 

Marc 16 : 1-10

« 1 Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates, afin d’aller embaumer Jésus. 2 Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever. 3 Elles disaient entre elles : Qui nous roulera la pierre loin de l’entrée du sépulcre ? 4 Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était très grande, avait été roulée. 5 Elles entrèrent dans le sépulcre, virent un jeune homme assis à droite vêtu d’une robe blanche, et elles furent épouvantées. 6 Il leur dit : Ne vous épouvantez pas ; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié ; il est ressuscité, il n’est point ici ; voici le lieu où on l’avait mis. 7 Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée : c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit. 8 Elles sortirent du sépulcre et s’enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies ; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur effroi.

9 Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d’abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons. 10 Elle alla en porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, et qui s’affligeaient et pleuraient. »

Ce sont les femmes qui osent risquer. Elles se sont déplacées pour aller s’occuper de leur Seigneur. Elles avaient encore de l’espoir.

La place que tu donnes au Seigneur déterminera ce qu’il fera de toi.

Jusqu’où veux-tu aller avec le Seigneur ?

Les obstacles ne manqueront jamais, mais cela ne tient qu’à toi de vouloir aller plus loin avec Dieu.

Mets ta foi en action pour que chaque pierre qui se dressera devant toi soit ôtée.

Quelque soit le type d’obstacles qui se tiendra devant toi, Dieu le roulera.

Le diable va susciter en toi des questions pour t’empêcher d’aller trop loin avec Dieu, en te brossant divers scénarios négatifs. (Ta naissance, ta famille, ta condition sociale, ton physique…)

Marc 16 : 19-20 il fut enlevé au ciel

« 19 Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu. 20 Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient. »

Même si ta naissance n’était pas souhaitée, ta deuxième naissance t’a qualifié pour la victoire. Tu es né dans le surnaturel, tu dois connaître qui tu es. En le sachant, tu n’auras plus d’obstacles.

La rédemption t’a distingué et ton élévation vient de ton humilité.

Si tu emmènes Jésus avec toi, la provision de Dieu te sera accordée. Dieu pourvoit aux besoins quand on marche dans l’obéissance. Quand le regard de Jésus est sur toi, tu es plus que vainqueur.

Vous portez en vous le vainqueur, le ressuscité. Il a traversé le ciel, il s’est assis à la droite du Père. Les gens n’oublieront jamais ton passé, mais Dieu pardonne, efface tes péchés et oublit.

Le diable est un menteur en suscitant la culpabilité en toi.

Quand Dieu te regarde, il voit Christ. C’est la justification.

L’œuvre de la croix

Par l’œuvre de la croix, Dieu t’a accepté, Dieu t’a justifié par grâce. Nous avons un avocat qui est Jésus.

Tu as été justifié, racheté par le sang de Dieu. Il n’y a donc plus de condamnation. C’est le sang de Jésus qui te donne l’accessibilité à Dieu. Tu peux te présenter devant le trône de grâce. Tu es un bien privé de Dieu, quand il te regarde, il est content.

Il faut toujours te rappeler d’où Dieu t’a sorti. Tout ce que tu fais, fais-le pour le Seigneur.    (Louer, danser, nettoyer…). Alors quand tu le sers avec ton argent, sers-le de tout ton cœur.

Nous sommes en alliance avec Dieu, tout ce qui est à moi est à lui et tout ce qui est à lui est à moi. Ce que tu investis pour Dieu, tu le récupèreras au centuple.

Ephesiens. 1 : 18-22

Jésus est assis au- dessus de toutes dominations, de tout nom qui peut se nommer.

« 18 et qu’il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, 19 et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. 20 Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, 21 au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. 22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, »

V. 22

Il a tout mis sous les pieds de l’Eglise, c’est-à-dire toi.

Dieu t’a fait asseoir en Jésus- Christ, à la droite du Père.

Alors ne tombez pas dans la distraction, sachez que vous êtes là pour une bonne cause.

Pasteur Fofy Ndelo

Le fils prodigue: l’amour parfait et inconditionnel de Dieu

Le fils prodigue: l’amour parfait et inconditionnel de Dieu

Luc 15 :11-28
Cette parabole révèle le caractère et le cœur de Dieu. Je veux l’aborder d’une façon différente aujourd’hui. C’est l’illustration de l’amour parfait et inconditionnel de Dieu pour nous.
Je voudrais établir d’abord certaines choses que vous ne savez pas au sujet de cette parabole . Dans ma bible le titre est l’histoire du fils prodigue. Prodigue veut dire aller aux extrêmes. Celui qui a été prodigue c’est normalement le père , parce que l’amour du père a été plus grand que le péché du fils.

Comparaison des deux fils

Au verset 25 on commence avec l’histoire du grand frère. Cette histoire veut illustrer la réaction des deux fils. Je ferai quelques comparaisons. Le plus jeune va quitter la maison et le plus grand va rester. Mais aucun des deux n’avait une bonne relation avec le père.
Le plus jeune décide de quitter la maison pour vivre à sa manière. L’aînée aurait aussi voulu quitter la maison, mais il est resté à cause de ses intérêts financiers. Celui qui quitte la maison va terminer comme un esclave. Et celui qui reste à la maison va en effet vivre comme un esclave. C’est ce qu’il ressent dans son cœur.

La réaction du père face à ses comportements (situation)

Ce n’est pas une histoire originale qui trouve ses origines en Jésus. C’est une histoire enseignée par les pharisiens et qui se trouvait dans les manuscrits avant le Christ . Jésus a pris cette histoire des pharisiens et les leur a enseigné. Il va changer la dernière partie de l’histoire. Dans le livre Juif l’histoire se termine par le père qui n’avait jamais souhaité le retour du fils.
Mais Jésus quand il raconte l’histoire , le fils est embrassé et aimé par le père.
Si nous voulons bien comprendre l’histoire il faut repartir dans le contexte historique (moyen orient).

Dieu donne son amour aux hommes

Verset 16 les pourceaux ont plus de valeur que l’enfant prodigue
Vserset 17 il est entré en lui même . La meilleure traduction c’est que la lumière a jaillit. C’est l’idée qu’il marchait dans les ténèbres et qu’il ne pouvait pas voir et maintenant il pouvait enfin comprendre qui il était et quoi faire ainsi que les répercussions de ses agissements .
Verset 18 -20 Il s’est levé, il est allé vers le père, qui a couru , sauté sur lui et lui a témoigné son amour.
Verset 21 Quand le fils lui dit mon père j’ai péché contre toi…. ton fils . V22 Le père l’a stoppé. Il n’engage pas les serviteurs dans le royaume . Il dit à ses serviteurs emmenez le meilleur habit , un anneau au doigt et les souliers , le veau gras et tuez- le , mangeons et réjouissons nous! v24
Le grand frère avait un problème avec ce veau gras . Le veau gras ne se donne pas à n’importe qui. Et le veau gras est celui qui aurait été né sans défaut , mis à part , avec un traitement privilégié , pour les personnes considérées, de sang royal, pas pour un enfant qui a commis des fautes.
Le père a considéré qu’il était mort et qu’il est vivant à nouveau , il était perdu et il est revenu en bonne santé
Verset 25-28/

Mon fils qui était mort est vivant à nouveau , il était perdu et il est retrouvé

Pour le standard juif il était perdu
, il a été trop loin dans son péché il était impardonnable . Il était au- delà de ce que les sacrificateurs pouvaient couvrir comme péché . Pour les juifs il était irrécupérable . A cette époque , la famille devait organiser les funérailles et organiser l’enterrement même si le cercueil était vide.
Mais là, c’est mon fils qui était mort et qui est à nouveau vivant . Allez chercher le veau gras qui est réservé aux personnalités importantes et nous allons nous réjouir pour la vie qui a été retrouvée en mon fils.

Verset 11 Jésus dit qu’il y avait un père qui avait deux fils . le père allait investir dans ces fils. C’était un père aimant ,

    Le père avait trois buts pour ses enfants :

  • La capacité de porter son nom,
  • de parler en son nom
  • d’ avoir la capacité de reprendre et gérer ses affaires

C’est ce que Dieu veut pour nos vies . Nous traversons tellement de situations dans nos vies que nous ne comprenons pas toujours . C’est la volonté du Père pour nous de porter son nom, de parler en son nom , de prendre soin de ses affaires dans ce monde . Le père nous met dans les situations que nous sommes incapables de gérer , il sait, mais il veut construire notre personnalité, il veut que nous puissions gérer ses affaires personnelles dans ce monde . C’est la réaction des deux fils.

Voici la réaction du plus jeune : Il est allé voir le père et lui dire:

je n’apprécie pas ce que tu fais . Tu ne me traites pas comme il faut .Et je suis là pour recevoir mon héritage, et il faut que je m’en ailles”

Pourquoi êtes vous à l’église aujourd’hui ?

Es – tu là parce que tu veux rater l’enfer, es – tu là pour les bénéfices, ce fils était là pour ça. Le père investissait dans le fils , pour qu’il porte son nom , pour qu’il parle en son nom , pour qu’il prenne soin de ses affaires . Mais le fils était juste concentré sur les bénéfices . Le fils lui dit littéralement, donne moi la part qui me revient. C’est une expression légale dans la liturgie juive . Pour mieux comprendre il faut que nous lisions :
Deut 21: 26 Ça parle de la double portion qui va à l’aînée . L’aînée devait recevoir les 2/3 du patrimoine mais cela ne peut être fait que si le père est mort , mais là il est vivant . Le père devait lire le testament et ⅓ allait au plus jeune.

Verset 31 Le père va répondre: “fils, je suis pour toujours avec toi et tout ce que j’ai, est à toi. Je t’ai déjà tout donné. Quand j’ai donné la portion de ton frère je t’ai donné le tien, ce qui veut dire que le veau gras appartient au grand frère. Si tu as besoin de quelque chose tu n’as pas besoin de me demander parce que tout t’appartient déjà”.

Si tu as besoin de la guérison vient et prends-la, si tu a besoin d’aide vient et prend- la, je l’ai déjà rendu disponible viens et prends- la .1 /3 va au plus jeune et il quitte la maison pour aller faire sa vie. Il va faire ce qu’il pensait vouloir faire . Il va dans un endroit que les historiens bibliques appellent la décapole. C’est un endroit où on trouvait les gentils qui vivaient dans la communauté d’Israël (la vie divine) ça n’avait rien à voir avec sa condition spirituelle. Il a tout dépensé en vivant dans le péché, après il a eu faim, et était fauché. Il est allé trouver un fermier pour travailler, mais c’était un gentil (non juif) qui élevait les cochons.
Le verset 11 Liste tous les animaux que les juifs ne peuvent pas manger ni toucher: le hibou , la chauve- souris, le pélican, le cochon, le plus horrible. Et là, il est en train d’élever les cochons , de dormir avec eux car il n’a pas d’endroit où aller. Tu n’as pas où te laver. Tu es infesté de microbes vivants avec les cochons.

Il veut même manger la nourriture des cochons mais on la lui refuse parce qu’on trouve qu’il n’a pas la valeur d’un cochon.

C’est la description de quelqu’un qui a touché le fond.
Qu’est ce que cela vous fait personnellement ?
Pas d’estime de soi, aucune fierté , tu n’as même pas la valeur de la créature la plus horrible du monde. Je dis à mon père que j’aurai souhaité qu’il soit mort, tout ce que je veux c’est mon argent, je ne veux rien d’autre , je veux ce qui est à moi, pas besoin de Dieu et du fils de Dieu . Il est parti et il s’est perdu.

Peut être que vous connaissez quelqu’un qui est dans cette situation.
Vous dites on ne peut pas faire pire que ça .Mais alors qu’il était là, quelqu’un a allumé la lumière . Ça semble être la meilleure relation qu’il ait eu avec son père de toute sa vie. Il a pensé à des serviteurs (saisonniers) qui sont chez son père et qui peuvent manger tout ce qu’ils veulent. Même si son père n’est pas responsable d’eux mais ils ont plus qu’assez. Il a décidé d’aller chez son père pour être un mercenaire. Les mercenaires ce sont ceux qu’on trouve sur la place du marché à 5 heures du matin. Il ne voulait pas être rétabli dans sa position de fils . Il finit par changer son plan et va vers le père et dit: J’ai péché à tes yeux et je ne suis plus digne d’être ton fils, engage- moi comme l’un de tes mercenaires. Et il est parti à la maison . Quelqu’un a dit au père, ton fils est là.

Quelque chose de merveilleux sur le salut

  • Si vous vous tournez vers le père il viendra à vous.
  • Tout ce qu’il attend de vous c’est que vous vous tourniez vers lui, il viendra à vous.
  • Alors qu’il était encore loin, le père est venu en courant vers lui et l’a embrassé .
    Le père n’a pas été chez le sacrificateur, Il a pris sur lui son péché parce qu’il a pu s’identifier à lui quand il était dans la porcherie. Le père était à cet instant aussi coupable que lui.
    le fils dit: “ j’ai péché contre toi , je ne suis plus digne d’être ton fils. engage- moi comme l’un de tes mercenaires” et le père refuse car il n’y a pas de serviteur au ciel.
    Le père appelle un des serviteurs et dit “apportez le veau gras et apportez la plus belle robe et mettons une bague à son doigt . Lavons ce garçon et couvrons-le. Car si ceux qui sont sur la propriété le trouvent comme ça, personne ne le respectera.

    Je veux le couvrir avec ma provision et personne ne saura ce qu’il a fait.”
    Dans la famille il y avait un sceau, l’insigne de la famille. Même s’il va au magasin je paierais pour lui. Le père veut dire qu’il sait qu’il ne peut pas pourvoir à ses besoins.
    Apportez les chaussures, et mettez les lui car les seules personnes qui marchent sans chaussures sont des esclaves, je le rachète en tant que fils , pas un sacrificateur n’a vu ce garçon.

    Pour les juifs il était mort , les portes du sanctuaire ne se seraient jamais ouvertes pour lui . Le père s’identifie au fils et va vers le sacrificateur pour purifier son fils et lui.
    C’est la plus belle histoire de la rédemption et de la justification de la bible.

    Jésus est le médiateur entre nous et le père , il est avocat à cause de La Croix. Il ne vient pas seul mais à cause de ce que j’ai fait pour lui . Il est l’agneau sans défaut qui a porté les péchés à la croix. Il ne se base pas sur sa propre justification mais sur celui de Dieu.
    Dieu nous aime telle que nous sommes, nous pouvons tout faire correctement ou même de travers, il nous aimera toujours.

    Dieu est amour. Il ne reçoit pas cet amour de n’importe qui. Il n’y a pas de plus grand amour que celui de Jésus.
    Il est mort à La Croix pour nous et il attend que nous venions à lui .Tournons nous vers lui, et on tuera le veau gras pour nous.

    Dr Stephen Darnell

    Nous sommes consolés afin de consoler les autres

    Nous sommes consolés afin de consoler les autres

    Texte :
    2 corinthiens 1:3-7
    3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, 4 qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction ! 5 Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. 6 Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. 7 Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation.”

    Thème: Le Dieu de la Consolation
    Sous-thème: Nous sommes consolés afin de consoler les autres.

    La consolation est la réponse de Dieu aux problèmes des hommes.
    Il ya des consolations pour sa propre compagnie, pour sa famille, mais aussi au niveau des nations.
    En cette année, nous devons chercher aussi la consolation des autres.

    Face à la souffrance qui régnait en Israël, Siméon attendait la Consolation de Dieu.
    La consolation vient à ceux qui l’attendent. (Luc 2: 25-38)
    La promesse de Dieu sur la consolation finit toujours par s’accomplir. Quand tu attends patiemment la consolation de Dieu, il suspend quelque chose en ta faveur, comme la mort dans le cas de Siméon.

    1. Quand Dieu nous console il voit des milliers de gens qui bénéficieront dans l’avenir de cette consolation.

    Pour faire quoi que ce soit sur cette terre, Dieu passe toujours par une personne.

    Dieu veut qu’on devienne des outils de consolation. Ainsi nos paroles deviendront des sources de consolation, on ne vit plus pour nous-même mais aussi pour les autres.
    Tu deviens un point de contact. Dieu ne fait rien au hasard, tout ce qu’il fait a un but.
    Pour toucher, guérir, sauver les hommes, Dieu passe par un homme ou une femme.
    Quand Dieu investit en toi, te console, envoie sa parole, c’est parce qu’il veut faire de toi un canal de consolation pour les autres.
    Les meilleurs hommes, femmes, serviteurs de Dieu, ce sont ceux que Dieu prend dans les souffrances. Et Dieu utilise leur souffrance pour les former, les tailler, les façonner. Lorsqu’ils sortent de cette souffrance, ils deviennent des produits finis dans la main de Dieu. Ils deviennent inébranlables, fermes, des gens que l’ennemi ne peut plus détourner de la foi.

    2. La taille de tes souffrances détermine la taille de ta consolation.

    Plus tes souffrances sont énormes, en Christ plus ta consolation sera grande.
    Le degré de tes souffrances détermine les degrés de l’éclat de ta gloire.
    Les hommes les plus influents viennent de toutes sortes de souffrances.
    Si on parle de la vie de Job aujourd’hui, c’est parce qu’il a souffert avant de vivre sa consolation.
    Si tu comprends ces choses, tu arrêteras de murmurer et tu remercieras Le Seigneur pour tout ce qui t’arrive.

    La hauteur d’un immeuble détermine la profondeur de sa fondation.
    On s’enracine plus profondément pour porter plus de fruits.

    Dieu utilise les épreuves que nous traversons (le rejet, l’oubli…) pour manifester sa gloire. Ces souffrances montrent une destinée, une mission.
    Il y a une prière que Dieu n’exauce pas, c’est de lui demander de ne pas souffrir. Même Jésus avait fait cette prière 3 fois à Gethsémané, mais Dieu ne lui avait pas répondu. Car la souffrance est inévitable sur le chemin de la destinée.
    Après cette coupe Jésus a été souverainement élevé. Il a eu le nom qui est au-dessus de tous les noms et devant lequel tout genou fléchisse.
    -> Toi aussi tu seras souverainement élevé après cette coupe(les souffrances)

    Pour que l’or puisse briller, on le passe par le feu, plus il est purifié et plus il brille.
    Quand tu sors du feu, c’est pour que tu sortes glorifié, brillant, lavé et reflétant la gloire de Dieu.
    Exemple:
    Joyce Meyer fut abusée par son père. Mais elle lui pardonna et aujourd’hui elle a un grand ministère de restauration et de pardon.
    Que chacun se pose la question : qu’est ce que je fais des souffrances par lesquelles je suis passé? Que cela ne te rende ni amère ni méchant mais que cela soit canalisé en force pour proclamer la parole de Dieu.

    3. Les souffrances du passé doivent être un moyen pour consoler les autres. (v.6)

    Dieu Permet qu’on soit affligé afin de consoler les autres.
    Celui qui est passé par la souffrance peut mieux comprendre celle des autres.

    Exemple:

    – David paissait le troupeau de son père, pendant ce temps- là ses frères étaient dans le confort de la maison.( 1 Samuel 16:5)
    Il faut qu’il y ait quelqu’un qui souffre pour les autres, qui paie le prix pour les autres. Mais Dieu n’a pas oublié David.
    Même si les hommes t’oublient, Dieu ne t’oubliera pas, son plan pour ta vie reste valable et s’accomplira certainement.

    1 samuel 17:28
    Quand Dieu veut t’utiliser, par les Eliab tu seras mal jugé. Mais il faut se détourner de ce genre de personnes.
    Il y a des spécialistes pour semer le doute, pour te coller une étiquette.
    Quel est le but? : c’est pour tuer le feu qui brûle en toi, pour que tu ne lèves pas la tête, que tu ne réalises pas le plan de Dieu.
    Que le feu de l’onction, de la puissance de Dieu continue à brûler en toi jusqu’à ce que le plan de Dieu se réalise.

    David avait souffert pour que son peuple soit libéré de la main de Goliath.

    Conclusion

    Luc 4: 17-19
    “17 et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit : 18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, 19 Pour publier une année de grâce du Seigneur.”

    Dr Etienne Wumba

    Ma grâce te suffit

    Ma grâce te suffit !

    Texte de référence :

    2 Corinthiens. 12 :1-10
    1 Il faut se glorifier. Cela n’est pas bon. J’en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur. 2 Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu’au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait). 3 Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait) 4 fut enlevé dans le paradis, et qu’il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer. 5 Je me glorifierai d’un tel homme, mais de moi-même je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmités. 6 Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité ; mais je m’en abstiens, afin que personne n’ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu’il voit en moi ou à ce qu’il entend de moi.
    7 Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. 8 Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, 9 et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. 10 C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.


    La consolation
    La vie est faite de telle sorte, qu’on le veuille ou non, on a besoin de chercher la consolation.
    Quelqu’un qui cherche la consolation est vulnérable, c’est quelqu’un qui a des problèmes
    La bible dit : « Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent ; pleurez avec ceux qui pleurent. (Romains 12 :15) »
    Ne proposez pas de la lecture à celui qui a besoin d’être consolé.
    Lorsqu’on veut une consolation c’est parce qu’on est honnête. L’honnêteté dépend de l’intimité qu’on a avec Dieu. Dieu aime quand on est honnête avec nous – même, quand on sait reconnaître qu’on a un problème.

    L’intimité avec Dieu et autrui
    Le comportement envers autrui dépend du degré d’intimité qu’on a avec lui.
    Il faut laisser Dieu entrer dans son intimité, dans sa vie pendant ses pleurs.
    Jésus avait dans son entourage un certain nombre de disciples :
    Un cercle de 500 disciples
    Un cercle de 120 (présents à la pentecôte)
    Un cercle de 70 (envoyés 2 par 2 pour chasser les démons)
    Un cercle de 12 (présents avec Jésus)
    Un cercle de 3 (Pierre, Jacques et Jean)
    Avec les 3, Jésus pouvait se confier, exprimer ses sentiments. Les moments les plus durs de la vie de Jésus étaient connus seulement des 3. Jésus était tellement intime avec les 3 qu’il pouvait pleurer, manifester un besoin de consolation « mon âme est triste jusqu’à la mort » leur dit- il.
    Celui qui a besoin d’être consolé, c’est celui qui sait que les événements passés sont passés et s’adresse à Dieu en lui disant : « je te confie tout, maintenant console-moi ! »

    V 7 : « Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, »
    Pendant 14 ans Paul a tenu secret son expérience pour ne pas s’enfler d’orgueil et donner tout le crédit à Dieu.
     L’écharde représente quelque chose qui dans ta vie te gène, que tu n’aimes pas. Paul dit que c’est le Seigneur qui l’a envoyé.
    Sans 3 hommes importants la bible serait maigre
    Moïse (la création)
    Sans le livre de Luc, on ne saurait pas que le parler en langues existe.
    Sans les 13 lettres de Paul nous serions perdus. Paul a lancé les fondements de L’Eglise. L’Eglise vit sur son enseignement.
    Consoler veut dire qu’il y a un problème, mais aussi qu’on est prêt à oublier le problème et être consolé, qu’on est prêt à laisser Dieu prendre le contrôle.

    L’épine c’est aussi quelque chose que tu as en toi et que tu ne peux enlever :
    Ta femme
    Ton mari
    Ton enfant ect.
    Cette épine devient encore plus réelle quand tu te retrouves seul. Elle se manifeste et dit qu’elle est là.
    Paul a prié le Seigneur d’éloigner cette écharde de lui jusqu’à 3 fois, et le Seigneur lui a répondu : « Ma grâce te suffit »

    Ma grâce te suffit
    Dieu n’a pas dit non à Paul, mais arrête de considérer le problème et regarde ma grâce.
    La consolation emmène un autre sujet de prière une fois que le précédent est résolu.

     Paul, ta souffrance est réelle, j’ai entendu ta prière, mais arrête, considère ma grâce.
    LA GRÂCE est le numéro personnel du Seigneur avec qui nous allons travailler, échanger, avoir une intimité.
    Dieu connaît nos problèmes, tous nos problèmes, même ceux que nous n’avons pas conscience d’avoir.
    Depuis ce jour, Paul n’a plus rien dit. En tant qu’enfant de Dieu, nous avons une grâce.
    Quand Jésus-Christ va se lever pour nous rencontrer, nous saurons que nous avions tout. Et tout ce que nous devrons faire c’est de lui donner toute la gloire.

    La grâce de Dieu était sur Les trois jeunes qui ont été jeté dans un feu qui a été chauffé 7 fois. Ils n’ont eu aucune égratignure.
    C’est la présence de Dieu qui nous amène à marcher dans la victoire.
    L’écharde de Paul est sûrement partie car il est allé de force en force.
    C’est cette grâce que les autres vont voir en nous.
    Quel est le problème que tu traverses ?
    Est-il : – physique ?
    – moral ?
    – spirituel ?
    – familial ?
    – économique ? …
    Est-ce un problème de mari, de femme, d’enfants ? comment le ressens-tu ?

    Sache que la grâce de Dieu peut tout. C’est elle qui t’apportera la vraie consolation.

    Pasteur Jules Compaore